Il existe trois grands corps de métier quand on veut être conseiller sur son épargne : le banquier, l’assureur et le gestionnaire de patrimoine. Le principal produit est l’assurance-vie, un Français sur deux en possède une.

On peut donc se demander pourquoi les assurances-vie proposées par une banque ou un assureur classique seront toujours moins performantes que celles proposées par un conseiller en gestion de patrimoine ?

Les frais d’entrée

 
Les banques proposent souvent des frais d’entrées exorbitants, il n’est pas rare de voir passer 4.75% de frais de versement sur une assurance-vie 100% fonds euro. Avec une rentabilité autour de 1%, il faudra plus de 5 ans pour que le versement soit « rentable ». Heureusement, ce n’est pas le cas de tout.
 

Les frais de gestion et d’option

 
A première vue, les frais de gestion ont l’air « classique » pour la majorité des banques et des assureurs.  Cependant, on trouve de nombreuses options sur ce type de contrat comme « gestion pilotée », « gestion sous mandat » qui rajoutent des frais de gestion. On retrouve donc régulièrement des contrats avec 1.6% de frais de gestion pour une des principales banques françaises ou bien 1.9% pour l’un des principaux assureurs.
 

Les fonds sélectionnés et l’allocation d’actifs

 
Les contrats bancaires n’ont en général pas plus de 150 fonds disponibles et ce sont des « fonds maison ». L’allocation d’actifs est donc plus compliquée à mettre en place car la banquier a moins d’outils qu’un conseiller en gestion de patrimoine qui a des contrats avec plus de 1 000 fonds dont des fonds immobiliers.
 
Dans l’allocation d’actifs bancaire ou assurantiel, on retrouve souvent ce que l’on appelle des « fonds de fonds ». Le principe est simple, investir dans un fonds qui investit dans d’autres fonds afin de facturer deux fois des frais de gestion. Le client ne voit généralement rien (c’est difficile à voir si on ne fouille pas) et le banquier facture donc deux fois des frais de support.
 
Cette double facturation entraîne des conséquences sur la performance finale du contrat. Quelques exemples de fonds de fonds trouvé lors de l’étude de cas clients (capture d’écran faites sur le site Boursorama) :